65
art_65

L'Oenotourisme, une affaire de famille

Mêlant vin, famille et tourisme, Laure et Sébastien Peyruse proposent cet été de nombreuses activités

CHATEAU TOUR CASTILLON
CHATEAU TOUR CASTILLON
Derrière les vignes, à la fin de la route du fort de Castillon, à Saint-Christoly, on aperçoit l’estuaire qui s’écoule lentement. C’est dans cette ambiance paisible que Laure Peyruse et son frère Sébastien, les propriétaires du château Tour Castillon, accueillent les visiteurs tous les mercredis et vendredis à partir de 10 h 30, pour des balades commentées.

Avec sa double casquette de responsable de l’œnotourisme pour l’entreprise familiale et de présidente de l’office de tourisme Cœur de Médoc, Laure Peyruse l’a bien compris : faire du vin ne suffit plus. Dès 2005, avec son frère, ils prennent le virage de l’œnotourisme avec succès. Pour développer les activités de la propriété, deux maîtres mots : convivialité et échange avec les visiteurs. L’exploitation est résolument tournée vers la communication : billetterie dans les offices de tourisme, flyers, partenariats avec des campings.

Une histoire de famille

Les balades commentées proposent une boucle dans le vignoble afin d’expliquer l’histoire du domaine. « Mon arrière-grand-père, Théobal Peyruse, a acheté la propriété en 1914, explique Laure Peyruse. C’était une polyculture à la base avec des céréales, du bétail et des vignes. »

Aujourd’hui, elle et son frère Sébastien, en pleine passation avec leur parent, représentent la quatrième génération de la famille à prendre la tête du château. Ils forment un véritable binôme, très complémentaire. Elle pour la gestion, lui pour le savoir-faire. « Mais il faut être bon partout », confie Laure.

Tout au long de la matinée, les visiteurs découvrent les différentes AOC, les étapes du cycle de la vigne, les tâches manuelles et mécaniques du viticulteur. Les équipes misent également sur leur démarche environnementale avec l'acquisition de la certivicaion HVE3, même si l’exploitation n’est pas en bio.

Se poursuivant sur les bords de l’estuaire, la visite continue par les traditionnels carrelets de pêche et tonnes à canards, qui rappellent les pratiques médocaines ancestrales. « Nous passons aussi devant le pigeonnier de Castillon, un lieu historique. »

Les participants sont ensuite invités dans le chai, rose et gris, aux couleurs du site Internet, où trônent deux amphores de sept hectolitres, une nouvelle expérimentation de Sébastien Peyruse. L’artisan cherche la nouveauté. Pour sa cuvée « La Révélation de Castillon », il a investi dans des barriques neuves, pouvant contenir jusqu’à 500 litres.

Musique et charcuterie

La saison estivale commence doucement pour la propriété. Ils ont déjà dû faire face à un petit contretemps : l’annulation d’une de leur nouvelles activités. « Nous avons acheté un petit train de cinq wagons pour proposer une activité safari Médoc, malheureusement il y a un problème technique et nous ne serons pas livrés avant août », regrette la responsable.

Les balades commentées se terminent par une dégustation et un casse-croûte médocain, à la découverte des produits locaux. « Les gens ne veulent plus partir, plaisante-t-elle. L’année prochaine nous allons investir dans des gros coussins pour proposer des pauses zen face à l’estuaire. »

Toujours en quête d’activités, la famille Peyruse propose des soirées Wine and Music. Des groupes de jazz, de blues et de rock jouent en live face à l’estuaire. « C’est un véritable échange entre le vin, la musique et nous. » Pendant l’entracte, Sébastien Peyruse propose une dégustation de vin à la barrique et les visiteurs peuvent consommer des planches de charcuterie. « C’est tout sauf guindé. » Les prochaines soirées sont prévues mercredi et les 2, 9 et 16 août prochains, pour le prix de 20 euros par personne.

Un métier passion

Avec cette approche, Laure Peyruse entend bien casser le rapport avec le prix du vin. « Notre clientèle est ciblée, amatrice de vin et nous lui racontons notre histoire. » La propriété compte cinq salariés, pour 40 hectares. « Sans passion, on ne ferait pas ce métier, confesse Laure. C’est parfois de belles nuits blanches. »

En 2015, la famille s’agrandit par l’achat du château Lalande Cérestin, à Saint-Christoly. « Nous sommes en pleine restructuration, explique Laure Peyruse. Nous allons faire des travaux sur la partie bâtie, pour donner un coup de frais ».

Aussi frais que la cuvée estivale de rosé, La Tentation de Castillon. « Début des ventes fin juin, stock à zéro en août », rit-elle.

Les balades commentées : 20 euros par personne (15 euros pour les 6–14 ans). Réservations au 05 56 41 54 98.



57
art_57

Le Château Tour Castillon

HVE
HVE

C'est en 1914, que la propriété de Castillon, arriva dans les mains de la Famille Peyruse. Située à Saint Christoly de Médoc, en bordure de l’estuaire de la Gironde à environ 70 kilomètres au nord de Bordeaux.
Le vignoble s’étend sur 40 hectares de vignes classées en appellation Médoc dont 17 hectares sont assis sur la partie finale de la croupe graveleuse du Médoc dont la base baigne dans l’estuaire.

Les plus vieilles vignes de Château Tour de Castillon ont 40 ans d’âge et représentent dans son vignoble une surface de 4,5 hectares. A ce vignoble planté par Jean Peyruse, derrière celui de Théobald, son père, Pierre Peyruse a adjoint 16,5 hectares pour former un vignoble de 21 hectares planté en cépages nobles typiques du Médoc. Depuis 1999, Sébastien a rejoint l’équipe familiale et a agrandi le vignoble en achetant le Château Cérestin la Lande. Les choix d’expression du terroir des vins de la Famille Peyruse, ont été mûrement pesés par Sébastien, qui succède à Pierre qui maintenant a pris sa retraite pour que ses vins soient aimables, fruités et amples dans leur jeunesse et conservent néanmoins toutes leurs vertus avec les années afin de développer un bouquet riche et empreint de finesse. Depuis octobre 2019, la passation de pouvoir a été actée par la donation de la propriété de Pierre et Marie Dominique à leurs enfants.
Cette dégustation vous sera présentée autour d'activités oenotouristiques (randonnées commentée, concert...) créées depuis 2001, par Laure, sœur de Sébastien.